Le projet du Conseil Départemental d’avoir le « 1er collège 100% bio de France » (à Belvès) a suscité au sein de nos réseaux JA et FDSEA, questions et incertitudes.
Nos syndicats défendent le développement de l’agriculture biologique sur notre territoire comme celui des filières de qualité, rémunératrices pour les agriculteurs. C’est pour ces raisons que nous avons, de prime abord, saluer cette initiative qui pourrait ouvrir de nouveaux débouchés pour les agriculteurs de notre département, et notamment les plus jeunes.
Par courrier au Président du Conseil Départemental, nous avons tout de même souhaité faire part de notre vigilance face à ce projet qui porterait plus sur de la communication que sur de l’économie.
En effet, vouloir approvisionner la restauration scolaire qu’avec des produits locaux issus de l’agriculture biologique peut sembler une belle ambition. Si ce n’est qu’aujourd’hui, ni notre département, ni la région Nouvelle Aquitaine, ne peuvent fournir les restaurations collectives de cette ampleur en produits bio. Et une phrase a particulièrement retenu notre attention : « un catalogue de produits renforcé par Biocoop ». Nous savons aujourd’hui que Biocoop fait venir une grande partie de ses produits de l’étranger.
Jeunes Agriculteurs et FDSEA ne cessent de dénoncer les pratiques de concurrence déloyale exercées par les pays de l’UE et hors UE qui appliquent des cahiers des charges sanitaires bien en dessous de nos standards de qualité français. N’importons pas les produits agricoles que nous ne voulons pas dans nos assiettes. Encore moins dans celles de nos enfants.
Donnons-nous plutôt les moyens d’accompagner et de structurer des filières locales capables d’approvisionner la restauration hors foyer de notre département. Continuons de communiquer sur nos pratiques agricoles vertueuses. La loi permet de choisir des produits locaux, qui n’ont pas traversé des océans avant d’atterrir dans nos assiettes – des produits agricoles bas carbone.
Ne dressons pas deux agricultures l’une contre l’autre mais apportons des réponses qui permettront aux agriculteurs de vendre leurs produits, respectueux de l’environnement, à un prix juste et rémunérateur.

294e0893939c18650c4354daf92e40bfXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX