Pour que les agriculteurs soient nombreux, les territoires vivants, et que notre alimentation ait du sens, Jeunes Agriculteurs travaille au quotidien pour faciliter l’installation des jeunes.

Renouveler les générations en agriculture

JA réfléchit et propose de nombreuses idées permettant d’adapter l’accompagnement à l’installation aux besoins des porteurs de projets. Nous souhaitons que chaque porteur de projet puisse bénéficier d’un accompagnement et de formations personnalisées, afin de rendre l’entrée dans métier la plus aisée possible.

« S’installer en agriculture est un projet de vie, il est essentiel d’être bien préparé et bien accompagné »

Clément COURTEIX, Vice-Président JA Dordogne en charge de l’installation

projet-pour-tous

L’installation : se poser les bonnes questions

Réfléchir à son projet

Des conseillers sont disponibles pour accompagner le porteur de projet dans toutes ses réflexions et démarches à l’installation, qu’elles soient administratives, juridiques ou réglementaires. Tout démarre au PAIT où le chargé de mission orient le candidat vers les personnes ressources. Pour contacter le PAIT : 05.53.35.88.66.

Le stage collectif 21 heures est également un moment clé pour échanger avec d’autres stagiaires et positionner son projet dans la diversité des agricultures. Il permet notamment de mieux connaître son environnement professionnel et de se familiariser avec l’ensemble des démarches administratives.

Élaborer son programme de formations

Tel qu’il a été revu en 2009, le contenu du dispositif d’accompagnement est désormais « à la carte », d’où son nom « Plan de professionnalisation personnalisé » (PPP). Seul un stage collectif de 3 jours est obligatoire. C’est donc le futur chef d’entreprise, aidé d’un conseiller, qui élabore son plan de formation et de stages, évaluant ses besoins par rapport à son projet, ses compétences et son expérience antérieure. Le PPP permet également de repasser certains modules de formation diplômantes pour obtenir la capacité professionnelle agricole, nécessaire pour être éligible aux aides nationales.

Expérimenter son projet 

Le PPP c’est aussi la possibilité de « tester » son projet à travers la réalisation de stages dans des exploitations ou des entreprises. Il existe également des stages parrainages ou encore le contrat de génération, qui permettent de « tester » ses relations avec son futur cédant ou ses futurs associés.

Se former

Toutes les formations réalisées dans le cadre du PPP sont prises en charge par le fonds de formation VIVEA, même si le porteur de projet n’y cotise pas encore. C’est une volonté politique de la part des responsables agricoles de permettre l’accès gratuit aux formations dans le cadre du dispositif d’accompagnement à l’installation. Chaque année, VIVEA prend en charge plus de 5 millions d’euros de formations dans le cadre du PPP. En 2014, 7 124 personnes ont bénéficié de formations.

S’assurer de la viabilité et de la vivabilité de son projet

L’ensemble du dispositif d’accompagnement, à travers des formations, du conseil, la réalisation du plan d’entreprise permettent aux futurs chefs d’entreprise de s’assurer de la viabilité économique du projet, mais également de sa vivabilité.

Téléchargez le schéma du dispositif d’accompagnement ICI

La Dotation Jeune Agriculteur – une aide à la trésorerie pour démarrer : 

Conditions d’accès : 

– être agé de moins de 40 ans au moment du dépôt de la demande

– détenir la capacité professionnelle agricole (diplôme de niveau IV)

Un montant de base et 4 modulations possibles : 

– Montant de base en Dordogne : 14 000 €

-> Installation hors cadre familial +20%

-> Installation avec Valeur ajoutée et Emploi +25%

-> Installation AgroEcologique + 15%

-> Investissements entre 100 et 250 000€ :> +9000€  ou supérieurs à 250 000€ :> +13 000€

L’installation selon JA, c’est :


  • Un projet viable : Un revenu minimum à retirer de son exploitation : Jeunes Agriculteurs tient à conserver un critère de revenu minimum (1 SMIC) pour obtenir les aides de l’État.

  • Un projet vivable : Le candidat à l’installation doit lier son projet d’installation à son projet de vie. Ainsi, JA appuie les démarches collectives et incite les porteurs de projet à veiller à concilier projet professionnel et projet de vie (vie de famille, congés, temps de travail…).

  • Un projet transmissible : L’installation est également l’affaire des cédants. Il est essentiel que le futur cédant conserve une entreprise viable et moderne jusqu’à la transmission effective à un porteur de projet. Il faut également qu’il anticipe sa transmission.

  • Des jeunes formés : Diriger une exploitation agricole, cela s’apprend. A la fois lors de la formation initiale, lors de sa préparation à  l’installation mais aussi tout au long de sa carrière.

  • Un dispositif d’accompagnement ouvert à tous : Aujourd’hui, le dispositif d’accompagnement à l’installation, avec comme pierre angulaire le Plan de Professionnalisation Personnalisé (PPP), prouve sa réussite. En effet, plus de 95 % des jeunes qui en bénéficient sont encore en activité 5 ans après leur installation.

  • Simplifier les démarches administratives devenues de plus en plus complexes et lourdes La complexité administrative de ce dispositif  freine encore un certain nombre de jeunes, mais JA est aussi actif pour le simplifier autant que possible.

Dordogne : des installations diversifiées

  • La Dordogne compte aujourd’hui 8 700 exploitations dont 4 200 moyennes et grandes (exploitations dont la production brute standard -PBS est supérieure à 25 000 €), c’est à dire tirant la majorité de leur revenu de l’activité agricole.

  • Chaque année, 150 personnes s’installent en agriculture (dont une quarantaine dans le cadre du dispositif aidé).

  • La majorité des nouveaux installés correspond à des installations hors cadre familial (65%), beaucoup ne sont pas issus du milieu agricole et se reconvertissent à l’agriculture après une expérience professionnelle.

  • La Dordogne est le 1er département français en matière de tourisme à la ferme et de vente directe avec 20 % des exploitations concernées. Élevage, grandes cultures et viticulture représentent les productions les plus importantes en effectifs et chiffre d’affaires. Plus de 20 productions sont représentées dont certaines filières sont des fleurons de la gastronomie française (foie gras, truffes, cèpes, vins …) 50 % de la production agricole départementale est placée sous signe officiel de qualité (AOC, IGP…).

4efe44088cf673912682563b01e6b0f5999999