A compter de 2018, les zones défavorisées disparaitront au profit de deux nouvelles zones : les zones soumises à contraintes naturelles (ZSCN), basées sur des critères biophysiques et les zones soumises à contraintes spécifiques (ZSCS) dont les critères sont laissés à l’appréciation de chaque Etat membre.

Cette réforme influera fortement les exploitations agricoles, notamment les élevages bénéficiant actuellement de l’ICHN (Indemnité Compensatoire aux Handicaps Naturels).

Le projet de zonage ZSCN proposé par le Ministère le 22 septembre exclut la grande moitié Sud du département (Périgord Noir, Landais et Bergeracois) et implique une perte avoisinant les 5 millions d’euros (chiffres Chambre d’agriculture). La perte de l’ICHN, qui représente 91 % du revenu des exploitations d’élevage herbivores en Bergeracois, ou encore 83 % dans la zone de Causses va porter un coup sans précédent sur l’avenir des élevages herbivores du Sud du département.

Ces aides compensatoires sont indispensables à l’activité agricole sur ces secteurs et doivent donc être maintenues. L’agriculture, parfois seule activité économique possible dans ces zones rurales, est génératrice d’emplois et de valeur ajoutée sur le territoire.

Les syndicats FDSEA, JA et la Chambre d’agriculture ont pris en main ce dossier et travaillé un argumentaire afin de réintégrer ces zones dans le futur zonage. Conscients des enjeux pour notre département, une délégation FDSEA, JA et Chambre accompagnée de techniciens spécialisés (CER France, Seegers Conseil et Chambre d’agriculture) sont montés à Paris le 15 novembre, à la rencontre de M. Maurer, conseiller du Ministre Le Foll. La délégation était accompagnée de Jean Pierre Raynaud et Germinal Peiro. Cet entretien s’est révélé constructif et nous espérons que nos arguments permettront de réintégrer les communes du Sarladais et du Bergeracois.

D’ailleurs, de retour en Dordogne, les JA, la FDSEA et la Chambre d’agriculture rencontreront la Préfète le 24 novembre afin de lui faire part de l’ensemble de nos arguments. Vos syndicats JA, FDSEA et la Chambre d’agriculture restent mobilisés sur le sujet.

felis libero Lorem dolor. mi, leo nec quis, pulvinar venenatis et, consectetur